• Réaction Permis

Alcool au volant : quels sont les risques?

Dernière mise à jour : 11 févr. 2021

Dans cet article nous allons présenter les risques encourus au niveau de la justice lorsque vous conduisez sous l’emprise de l’alcool. D’une manière générale conduire sous alcool est fortement réprimé par la justice.


test psychotechnique permis invalidé

Alcool au volant : quelles sont les limites ?

test psychotechnique permis suspendu

La limite du taux d'alcool autorisée dans le sang est de 0,5 g d’alcool par litre de sang, cela représente 0,25 mg d’alcool par litre d'air expiré. Pour les jeunes conducteurs, le taux d'alcoolémie légal est de 0,2 g/L de sang soit 0.1 mg/L d’air depuis le 1er juillet 2015.

Ces limites correspondent à la consommation d’un verre d’alcool pour un conducteur n’étant plus en période probatoire et à 0 verre d’alcool pour un jeune conducteur.

Comment se déroule un contrôle d'alcoolémie ?


La mesure de l'alcool consommé s'effectue dans un premier temps avec un éthylotest par les forces de l’ordre (police ou gendarmerie). Si le résultat est positif les forces de l’ordre utilisent un éthylomètre homologué ou une analyse de sang.


À noter qu’un arrêt de la Cour de cassation du 26 mars 2019 oblige les juges à prendre en compte une marge d'erreur technique des éthylomètres pour la mesure du taux d'alcool dans l'air expiré.


Si vous refusez de vous soumettre à un contrôle d’alcoolémie, les sanctions encourues sont similaires à celle d’une personne ayant conduit avec une alcoolémie supérieure à 0,8 g/l dans le sang.


Alcool au volant : quelles sont les sanctions ?


Deux possibilités :


1) Lorsque votre taux d’alcool est en dessous de 0.8 g par litre de sang ou de 0.4mg d’alcool par litre d’air expiré vous vous exposez à une contravention (infraction contraventionnelle) d’un montant de 135€, une perte de 6 points et éventuellement un retrait de permis.



2) Lorsque votre taux d’alcoolémie est supérieur ou égale à 0,8g par litre de sang (ou ≥ 0,4mg/L d'air), conduire représente un délit (infraction délictuelle). Vous vous exposez ainsi à une amende pouvant aller jusqu’à 4500€, une perte de 6 points, l’immobilisation de votre véhicule sauf si un passager est en état de conduire (à noter qu’une mise en fourrière immédiate de votre véhicule est possible). A cela s’ajoute une rétention de permis par les forces de l’ordre pouvant aller jusqu’à 120 heures et également une suspension administrative de votre permis (jusqu’à un an).


Cette infraction délictuelle vous amène devant le tribunal (ou devant le délégué du procureur pour une composition pénale). Plusieurs sanctions sont possibles :